Processus de consultation de HAEC

HAEC a mené des consultations avec les principales parties prenantes pour éliminer les obstacles à la réalisation d'évaluations d'impact dans des contextes humanitaires.

Jeune femme dans un magasin local au Niger
Apsatou Bagaya / Sauver les enfants

À Propos

Pour éclairer la stratégie de HAEC visant à accroître l'utilisation d'évaluations d'impact opportunes et rentables dans les contextes humanitaires, l'équipe HAEC a mené plus de 60 consultations avec des exécutants, des bailleurs de fonds et des chercheurs afin de lever les principaux obstacles à la réalisation d'évaluations d'impact dans des contextes humanitaires. L'équipe a ensuite appliqué une approche de diagnostic de croissance pour organiser nos conclusions en fonction de l'offre possible (c'est-à-dire les intrants nécessaires pour mener des évaluations d'impact dans des contextes humanitaires) et des contraintes du côté de la demande (c'est-à-dire des facteurs qui influencent la perception de la valeur des évaluations d'impact dans des contextes humanitaires par les parties prenantes). ).

Vue d'ensemble

L'arbre de diagnostic des problèmes montre les contraintes potentielles au sommet divisées en contraintes côté demande et côté offre. À partir de là, la demande est divisée en incitations médiocres et exécutif impossible. L'offre est divisée en fonds non disponibles et chercheurs non disponibles. D'autres branchements sont expliqués dans le texte ci-dessous.

Contraintes du côté de la demande

1. Faibles incitations

Il y a actuellement peu d'avantages perçus et de nombreuses ramifications négatives perçues pour les donateurs et les exécutants à investir dans les évaluations d'impact.

  • 1.1 Non requis par les bailleurs de fonds : Actuellement, une grande majorité du financement de l'aide humanitaire n'exige pas que la programmation soit soumise à une évaluation d'impact rigoureuse.
  • 1.2 Culture de l'assistance humanitaire selon laquelle la programmation est importante et souvent urgente : Les parties prenantes perçoivent très clairement les avantages d'une aide vitale et remettent donc en question l'intérêt de détourner des ressources vers des évaluations lorsqu'une aide plus directe est nécessaire.
  • 1.3 Financement perçu ou risques de réputation : Les responsables de la mise en œuvre craignent que de mauvais résultats d'évaluation n'entraînent une perte de financement ou des conséquences sur la réputation.
  • 1.4 Méconnaissance du spectre de rigueur : Les parties prenantes ne comprennent pas toujours la rigueur des différents outils d'évaluation et les questions de recherche auxquelles ils peuvent répondre. Plus précisément, il y a une idée fausse selon laquelle une approche couramment utilisée d'une comparaison pré-post peut mesurer l'impact d'un programme.
2. Exécution impossible

Il existe une variété de ressources, de contraintes logistiques et éthiques qui entravent la mise en place et la mise en œuvre des évaluations d'impact dans les contextes humanitaires.

  • 2.1 Contraintes de bande passante
    • 2.1.1 Faible bande passante IP pour coordonner : Les responsables de la mise en œuvre n'ont pas de bande passante supplémentaire pour soutenir les évaluations d'impact (par exemple, grâce à la coordination avec les équipes de recherche, la collecte des données nécessaires).
  • 2.2 Défis de conception
    • 2.2.1 Délais courts : Les programmes d'aide humanitaire sont généralement à la fois rapides à démarrer et ont une courte période de financement, ce qui se traduit par un temps limité pour préparer la recherche et un temps limité pour mesurer les résultats.
    • 2.2.2 Contraintes de sécurité : Les contextes humanitaires sont souvent plus instables et peu sûrs, empêchant l'accès des équipes de recherche.
    • 2.2.3 Mouvement de population : Les mouvements de population sont plus courants dans les contextes humanitaires, définis par des conflits ou des crises environnementales qui entraînent souvent des déplacements. Cela rend plus difficile le suivi des répondants au fil du temps dans une étude de recherche.
  • 2.3 Préoccupations éthiques
    • 2.3.1 Coûts réaffectés des bénéficiaires : Les parties prenantes craignent que l'argent dépensé pour la recherche soit moins d'argent dépensé pour l'aide vitale.
    • 2.3.2 Programmation refusée aux populations vulnérables : Les évaluations d'impact nécessitent un groupe de contrôle/comparaison qui peut impliquer de refuser la programmation aux bénéficiaires.
    • 2.3.3 Fardeau de réponse des enquêtes : Les contextes d'assistance humanitaire sont généralement très saturés avec des organisations qui collectent des données de suivi et la collecte de données supplémentaires auprès de ces populations vulnérables est contraire à l'éthique.
  • 2.4 Partenariats efficaces et alignés non disponibles
    • 2.4.1 Conflit dû à des priorités mal alignées : Tension entre le désir de génération publique de connaissances (c'est-à-dire, des preuves destinées à éclairer des questions pour un large groupe de parties prenantes, telles que tester de nouvelles interventions innovantes ou évaluer dans de nouveaux contextes) et la génération privée de connaissances (c'est-à-dire, des preuves pour éclairer des questions spécifiques pour exécutants spécifiques) peut conduire à la discorde, décourageant les futures tentatives de partenariat. De plus, l'accent mis sur la génération publique de connaissances peut remplacer la génération de résultats qui sont les plus pertinents pour les exécutants.
    • 2.4.2 Méconnaissance de la diversité des partenaires de recherche : Les exécutants peuvent ne pas toujours être conscients ou incités à travailler avec des partenaires de recherche non universitaires.

Contraintes du côté de l'offre

3. Financement non disponible

Il existe des options limitées pour obtenir un financement pour les évaluations d'impact dans les contextes humanitaires. 

4. Personnel de recherche non disponible

Il y a peu de personnes possédant les compétences nécessaires pour mener des évaluations d'impact dans des contextes humanitaires.

  • 4.1 Faible taux d'intérêt : Les chercheurs peuvent ne pas être incités à mener des évaluations d'impact axées sur les besoins des exécutants.
    • 4.1.1 Faibles compétences Faible capacité technique des IP : Les partenaires de mise en œuvre n'ont souvent pas les compétences techniques en interne pour concevoir et exécuter des évaluations d'impact.
    • 4.1.2 Faibles compétences contextuelles des chercheurs externes : Les chercheurs peuvent ne pas comprendre le contexte humanitaire pour adapter les méthodes de recherche de manière appropriée.